Conférence en salle/en ligne
Paris insurgé, la Commune de 1871
Des monuments dévastés par les flammes et une répression d'une extrême violence : ce sont généralement les deux seules images que l'on a de la Commune de Paris. Cet épisode intense et complexe de l'histoire de la capitale, du 17 mars au 28 mai 1871, a cependant beaucoup plus à nous dire.
Maximilien Luce, Une rue de Paris en mai 1871, 1903-5. Paris, musée d'Orsay. Photo Vincent Delaveau.
Au début du mois de mars 1871, la situation à Paris est particulièrement tendue. La ville exsangue vient de supporter un siège de quatre mois face aux Prussiens. Les Parisiens voient comme un camouflet l'armistice signé par le gouvernement et les négociations de paix en cours. Leurs sacrifices n'ont servi à rien. On peut ajouter au tableau la vigueur des traditions révolutionnaires parisiennes, l'absence totale d'autonomie municipale, les tensions politiques nées des élections du 8 février, le départ du gouvernement et des chambres pour Versailles et plusieurs mesures vexatoires contre Paris. Bref, les évènements récents forment un terreau particulièrement fertile pour une insurrection. Elle est déclenchée le 18 mars 1871 par la tentative manquée du gouvernement de saisir plusieurs centaines de canons placés sous la garde des Parisiens à Montmartre.

Dès le lendemain, un gouvernement autonome — et qui n'a rien d'extrémiste — se met en place, pétri d'idéaux démocratiques. Les 72 jours qu'ont duré la Commune ne suffisent évidemment pas à transformer la société parisienne mais de nombreuses mesures sont prises ou envisagées dans tous les domaines : finances, subsistances, police, enseignement, laïcité, travail et échanges. Rapidement pourtant, l'ambition de la Commune se heurte aux combats sanglants à mener contre l'armée régulière, aux difficultés économiques, aux tensions internes, à la complexité d'un gouvernement collégial... Souvent mal comprise et rapidement jugée, la Commune se termine par la semaine sanglante, du 21 au 28 mai, au milieu des barricades, des combats de rue, des flammes de plusieurs monuments — et non des moindres —, des fusillades et des charniers.

Bien que l'exercice soit difficile, cette conférence a l'ambition de vous proposer un regard dépassionné sur la Commune et d'en faire comprendre le contexte, les enjeux, le quotidien et les conséquences, dramatiques comme bénéfiques.

Daniel Vierge, Femme à l'Hôtel de ville le 2e jour de la Commune, 1871. Paris, musée Carnavalet. Pour les particuliers Cette visite n'est malheureusement pas proposée en ce moment mais vous trouverez certainement dans le calendrier d'autres lieux passionnants à découvrir. Pour être tenu(e) au courant des prochains programmes, vous pouvez inscrire à la lettre d'information. Programme en cours Lettre d'information Isidore Pils, Ruines des Tuileries, 7 juillet 1871, 1871. Paris, musée Carnavalet. Pour les groupes privés Cette conférence peut être organisée tous les jours. Elle peut avoir lieu dans un café ou un restaurant, dans la salle de votre choix (équipée d'un vidéo-projecteur) ou en ligne sur l'application Zoom. Je me tiens à votre disposition pour vous en préciser les conditions et vous fournir un devis. Informations et tarifs Contact Hercule Farnese Hendrick Goltzius, Hercule Farnese (détail), 1592. New York, Metropolitan Museum of Art Collection 2020-21 La Voix des lieux sélectionne pour votre programmation un choix d'une soixantaine de visites et de conférences tirées de son (très) gros catalogue. Ces propositions sont renouvelées chaque semestre en fonction de la saison, de l'actualité, de vos demandes et de l'humeur du moment. Promenades parisiennes Musées et monuments Hors les murs Conférences en ligne et en salle